Avis experts

Mini préma et moi by Floriane

Floriane est l’heureuse maman de deux Minis. Ciara et Côme qui est né deux mois prématurément. Elle nous livre son témoignage de cette fin de grossesse particulière.

 

Ton Mini, Côme, est arrivé prématurément, comment cela s’est passé ?

Je le sentais… Je savais que je n’irais pas au bout de cette grossesse. Je ne sais pas comment l’expliquer mais je savais au fond de moi-même que j’accoucherai avant le terme prévu du 14 novembre. Mais lorsque ce 5 septembre j’ai rompu la poche des eaux, j’ai paniqué et je me suis dit « non, pas maintenant, pas si tôt! ». J’ai tenu alitée jusqu’au 21 septembre et mon petit oisillon a tout de même décidé de sortir de son nid avec 2 mois d’avance!

 

Comment as-tu vécu cette arrivée prématurée de bébé ?

Je le sentais mais je n’étais pas prête ; rien n’était fini pour l’accueillir et la peur m’a envahie! Heureusement, j’ai eu une prise en charge immédiate et extraordinaire à l’hôpital; ce qui m’a aidée à surmonter mes craintes, mon stress, ma panique! Et Côme est arrivé. Une fois posé sur ma poitrine, j’ai eu confiance en lui! Je lui ai insufflé tout mon amour. Je savais que je ne devais plus avoir peur et que je devais me laisser porter par ce petit oisillon et le couvrir de tendresse.

 

Côme a dû rester à l’hôpital un moment, comment as-tu allié ton temps entre l’hôpital et la maison?

Côme est resté 1 mois et 1 semaine à l’hôpital. Il est resté 10 jours en soins intensifs avant de passer en néonatologie. Je suis allée le voir tous les jours, tout en devant gérer des démarches administratives, les rendez-vous, continuer à faire tourner la maison et, surtout, être toujours une maman disponible pour Ciara, sa grande sœur.

J’ai alors divisé ma journée en 4 parties. Le matin je gérais la maison, les courses. L’après-midi était réservé à mes visites à l’hôpital. Et à 16h30 j’étais toujours devant l’école de Ciara pour la récupérer, passer du temps avec elle et faire en sorte qu’elle ne se sente pas délaissée. Le soir, c’était mon moment à moi, mon instant calme et reposant. Avec toujours un petit coup de fil en soirée au service de néonat’ pour savoir comment se passait la nuit de mon oisillon!

 

Quels conseils pourrais-tu donner aux parents qui vivent la même expérience ?

Faites confiance à votre enfant. Donnez-lui de l’amour et ne lui montrez pas votre stress, vos craintes!

Les services de néonatalogie vous aiderons et répondrons à tous vos doutes, vos questions. N’hésitez pas aussi à demander de l’aide auprès de l’hôpital, vous pouvez rencontrer des psychologues, des assistantes sociales qui sont là pour vous aider.

Et n’ayez pas honte de prendre du temps pour vous. C’est important! Vous serez ravis de rentrer à la maison avec votre enfant en étant prêts et reposés pour démarrer avec lui l’aventure d’une vie!

 

Floriane – Maman de Ciara et de Côme