Avis experts

La LSF bébé by Littlebunbao!

Marie de @Littlebunbao est interprète LSF (Langue des Signes Française) depuis plus de 10 ans. Elle est aussi l’heureuse maman d’une petite Bao avec qui elle pratique la LSF bébé. Sur son site et son compte Instagram, elle partage ses conseils pour signer avec Mini et pour apprendre la LSF.

 

Marie, qu’est-ce que la LSF apporte à l’enfant lui-même et au lien parents-enfants ?

La LSF bébé permet à l’enfant de s’exprimer alors que son cerveau est capable de comprendre et de communiquer mais que son appareil phonatoire n’est pas encore assez mature. Il peut donc ainsi faire comprendre ses besoins (la faim, le froid, la soif, la fatigue, l’envie de jouer ou d’arrêter une activité, le besoin d’un câlin, etc.), ce qui réduit énormément sa frustration. Pour les parents, l’utilisation de la LSF bébé réduit aussi la frustration de ne pas comprendre son enfant, de pas pouvoir répondre à son besoin sans devoir tâtonner. De plus, ça renforce le lien parent-enfant car d’une part, cela instaure une véritable complicité et d’autre part, le temps passé ensemble est de plus grande qualité puisque moins de pleurs et d’énervement. Tout le monde se comprend et c’est apaisant.

 

À partir de quel âge pouvons nous commencer la LSF bébé?

Il est conseillé de commencer à signer avec son bébé vers 6 mois en choisissant les mots importants de son quotidien et de ses besoins. Petit à petit bébé associe le signe à l’objet (ou action ou personne). Et vers l’âge de 10 mois il commence à faire ses premiers signes. Cependant, il n’est jamais trop tard pour signer avec son enfant. Jusqu’à l’âge de 3 ans, l’apport de la LSF est bénéfique.

 

Est-ce que cette pratique ne risque pas de retarder la mise en place du langage ?

Non. Déjà parce que les gestes de communication font partie intégrante du développement normal de l’enfant (lorsqu’il n’a pas de problème moteur) : le pointage, le coucou, le au revoir, les marionnettes etc.
Ensuite, l’enfant qui utilise les signes au début de sa vie prend goût à l’échange et à la communication et va donc, souvent, parler un peu plus tôt que l’enfant qui ne signe pas.
De plus, le cerveau d’un enfant est programmé pour être attiré, en priorité, par la voix humaine. L’enfant va donc chercher, de toute façon, à reproduire ce qu’il entend quand son appareil phonatoire ou articulatoire est prêt, c’est-à-dire après la première année.
Et pour finir, la langue des signes bébé est utilisée depuis plus de 20 ans aux USA. Si le moindre souci de retard de langage avait été observé, on le saurait!

 

Observes-tu des comportements particulièrement éloquents chez ces enfants qui ont la chance de pratiquer la LSF ? Des appétences particulières ?

Oui, ce sont des enfants qui sont beaucoup plus dans l’échange. On les sent plus à l’aise car ils savent qu’ils peuvent se faire comprendre et ils en profitent pour échanger et non pas rester dans leur bulle.
Ils sont souvent très curieux d’apprendre de nouveaux signes: ils pointent les nouveaux objets pour en connaître le signe. Et, quand on sait que la LSF leur permet de développer leur mémoire visuelle, leur dextérité et qu’elle renforce leur compréhension du mot à l’oral… c’est à consommer sans modération!

 

Marie de Littlebunbao

© photo Littlebunbao