Mini et moi
sommeil 8 mois
8e mois

Au clair de la lune…

À partir de 8 mois, la question du sommeil peut devenir un sujet épineux… Eh oui, car l’angoisse de séparation (si ça ne vous parle pas, lisez notre article L’angoisse du 8ème mois) peut se jouer au moment du coucher. Mini pleure et refuse de s’endormir, il lutte contre le sommeil. On a pensé à vous et voici quelques conseils pour apaiser la situation !

 

Importance du rituel de coucher

Pendant cette période, le rituel mis en place au moment du coucher prendra toute son importance. Ce rituel est nécessaire car il rend l’heure du coucher prévisible et permet à Mini d’appréhender la séparation de la nuit. Nous vous conseillons d’anticiper l’heure du coucher 30 minutes avant pour rassurer Mini. Prenez aussi davantage le temps de verbaliser la situation : « c’est bientôt l’heure de se coucher, ne t’inquiète pas, papa et maman sont à côté et veillent sur toi, nous nous retrouvons tous demain matin ». Les câlins doivent être enveloppants : le contact physique rassure toujours beaucoup Mini !

Pour l’aider à s’apaiser, chantez-lui une petite berceuse  et assurez-vous qu’il ait son doudou et/ou sa tétine à portée de main. Sachez qu’il n’est pas nécessaire de vous éterniser et qu’il est préférable de quitter la pièce lorsque Mini est encore éveillé !

 

Réconfort et sentiment de sécurité

Par ailleurs, Mini a besoin de faire l’expérience de parents qui lui apportent une régularité, une continuité, une protection pour pouvoir s’abandonner au sommeil et accepter la séparation. Si vous êtes en vacances dans un lieu et avec des personnes que Mini ne connaît pas, redoublez de mots réconfortants et expliquez à Mini où il est et qui l’entoure ! Essayez de lui recréer un cocon réconfortant et familier.

De même, si un des parents doit s’absenter plusieurs jours, n’oubliez pas de parler du parent absent, de dire à Mini ce qu’il fait et qu’il reviendra. Bref, Mini est sensible à toutes les nouveautés dans sa journée alors préparez-le du mieux que vous pouvez quand c’est possible !

 

Préparez la séparation

Nous vous rappelons également que pour qu’il y ait séparation, il doit y avoir, en amont, des moments partagés de qualité ! Ce n’est pas parce que Mini est encore tout petit qu’il n’est pas sensible à votre présence physique et psychique, bien au contraire ! Pensez donc à lui accorder de bons moments de partage pendant la journée en laissant vos activités personnelles de côté un instant.

 

Pour aller plus loin

 

Les préconisations relatives au sommeil que nous avons vus dans les articles Assurez-vous que le marchand de sable passe bien chez vous ! et L’enfant dormira bientôt s’appliquent également ici. Nous vous rappelons tout de même les plus importantes :

Le rythme et la régularité des journées sont essentiels : couchez Mini à heures fixes pour la nuit et les siestes, donnez les repas à heures fixes. Ce qu’il se passe le jour a un impact important sur la nuit de Mini !

Ne réveillez pas Mini! Il est important de respecter ses besoins. Dans les premiers mois, vous pouvez observer les rythmes de sommeil de votre Mini afin de trouver les heures auxquelles la fatigue s’installe et les faire correspondre ensuite aux heures de coucher.

Mini doit apprendre à s’endormir seul pour pouvoir se rendormir seul en cas de réveil nocturne. Mini peut développer sa capacité à se calmer seul, en mettant sa main à la bouche par exemple.

Assurez-vous que l’environnement est propice au sommeil : évitez les bruits (télévision,…), veillez à garder une température adéquate (18-20°C) dans la chambre de Mini et pensez à ajuster la taille de son lit.

Assurez-vous qu’il n’y ait pas de cause organique à son refus de dormir : douleurs, trouble respiratoire, otites, RGO (reflux gastro-œsophagien), asthme, céphalées, épilepsie, apnées du sommeil, troubles neurologiques, …

Il faut être vigilant sur certaines mesures éducatives qui peuvent entraver le sommeil : exiger un temps de sommeil inadéquat, endormir Mini dans les bras, dans le canapé ou dans le lit des parents puis le déplacer (car cela n’apprend pas à Mini à s’endormir seul), réveiller Mini pour un repas ou un change, conditionner le coucher avec de la nourriture (endormir Mini au sein ou au biberon),…

 

Jeanne RIBIERRE – Psychologue spécialisée en périnatalité

Une thématique à aborder ? Posez ici vos questions !